Environnement

Nous croyons au principe de précaution dans le domaine de la protection de l’environnement. Les atteintes potentielles à l’environnement et à la santé humaine et les dommages susceptibles d’en résulter doivent être évités ou largement diminués par des mesures proactives, avant qu’ils ne se produisent.

Nos principes pour la protection de l’environnement

GRI 201-1

Dans le cadre des processus que nous pouvons piloter/influencer et en tenant compte de la rentabilité, nous avons érigé en philosophie conduisant notre action l’utilisation de produits durables et la mise en œuvre durable.

Nous suivons systématiquement une approche durable et nous nous engageons activement en faveur de normes de construction d’avenir.

Nous intégrons la chaîne d’approvisionnement en amont et en aval au développement de produits et services durables.

Nous mettons en œuvre tout ce qui est nécessaire afin de préserver et protéger l’environnement. La réduction des émissions polluantes et de la consommation de ressources ainsi que l’augmentation de l’efficacité énergétique sont au premier plan.

Nous assurons un suivi systématique de notre performance environnementale à travers un monitoring sur mesure, fixons des objectifs ambitieux et attachons une grande importance aux mesures d’efficacité.

Nous souhaitons maîtriser toutes nos activités et tous nos processus de façon à éviter toute atteinte inutile à l’environnement dans la chaîne d’approvisionnement, la réalisation et le développement de produits, et ce jusqu’à la fin de leur cycle de vie.

Nos objectifs

GRI 302, 305

Nous réduisons nos émissions de CO2 d’exploitation ajustées du chiffre d’affaires d’au moins 3% par an, ce qui est compatible avec les objectifs du GIEC.

Nous misons sur les énergies renouvelables et sur une construction compacte et ambitionnons, dans le neuf, de construire des bâtiments à énergie nette nulle ou positive.

Dans le choix des projets, nous misons exclusivement sur des régions urbaines et une sélection d’agglomérations bien desservies par les transports publics (catégorie A et B). Les utilisateurs doivent pouvoir miser entièrement sur la mobilité douce et les transports publics.

Le parc immobilier suisse est responsable d’environ 45% de la consommation énergétique et 30% des émissions de CO2 en Suisse. Les décisions prises aujourd’hui sur l’objet construit et les modalités (comment et où ?) auront des répercussions à long terme du fait de la longue durée de vie d’un bâtiment. Notre responsabilité est d’autant plus grande.

Notre objectif est double. Nous voulons premièrement garantir une consommation énergétique relativement basse de nos immeubles grâce à des systèmes et matériaux de construction pauvres en CO2, à une bonne isolation de l’enveloppe des bâtiments, à une construction compacte et à la production et utilisation d’énergies renouvelables (p. ex. courant vert). Deuxièmement, notre but est de continuer à faire baisser cette consommation au fil des ans grâce à des optimisations dans le sens d’un bâtiment à énergie nette nulle. Nous souhaitons réduire nos émissions de CO2 d’exploitation d’au moins 3% par an.

Consommation énergétique et émissions de CO2 de notre portefeuille
Dès que notre portefeuille de développement passera en phase d’exploitation, nous ferons état de nos consommations énergétiques annuelles par source d’énergie ainsi que des émissions de CO2 correspondantes (champs d’application 1, 2 et 3) dans notre rapport de développement durable. Les valeurs prévues de notre portefeuille de développement ont été calculées sur la base de la norme SIA 2040 pour les domaines de la construction (énergie grise et émissions grises), de l’exploitation et de la mobilité pour l’ensemble du portefeuille ((lien vers le chapitre sur l’évaluation du portefeulle). Les chiffres effectifs d’exploitation seront présentés suivant les consignes de la GRI en valeurs absolues et en valeurs ajustées du chiffre d’affaires et des surfaces (intensité énergétique).

Nos progrès

50%

du portefeuille de développement en construction bois et hybride avec bois

3.9 M kWh

production annuelle prévue de 3 900 000 kWh d’électricité solaire sur les toitures Ina, soit la consommation annuelle d’environ 980 ménages suisses

95%

des constructions ou sites du portefeuille de développement sont labellisés

91%

la production de chaleur est issue à 91% d’énergies renouvelables (prévision)

84%

le mix de courant est issu à 84% d’énergies renouvelables (prévision)

10.4 kg

les émissions moyennes de gaz à effet de serre dans la construction s’élèvent à 9,5 kgCO2/m²a (prévision)

3.8 kg

les émissions moyennes de gaz à effet de serre dans l’exploitation s’élèvent à 5 kgCO2/m²a (prévision)

4.6 kg

les émissions moyennes de gaz à effet de serre en mobilité s’élèvent à 4,6 kgCO2/m²a (prévision)

95%

des immeubles sont classés A et B pour la qualité de desserte par les TP

*valeur prévue

 

 

Consommation énergétique de notre immeuble de bureaux et de notre flotte
La consommation énergétique relevant de notre activité commerciale directe est facile à calculer du fait du faible nombre de collaborateurs et de la nature de notre activité. Elle est quasiment insignifiante par rapport aux émissions de notre portefeuille. Malgré tout, nous recueillons ces valeurs clés afin de nous améliorer également dans ce domaine.

 

    Consommations totales de l’immeuble Travailleurs sur site Part d’Ina Invest
Consommation énergétique sur le lieu de travail Unité 2020 2021 1 2020 2021 2020 2021
Consommation électrique kWh 501'896 303’792 200 670 2'509 453
Chaleur à distance kWh 15'433 n.a 200 670 77 n.c.
Gaz kWh 293'975 n.a 200 670 1'470 n.c.
Total kWh 811'304 n.a 200 670 4'057 n.c.
Déplacements professionnels Unité 2020 2021
Distance parcourue km 10'000 10'000
Consommation de diesel L/100km 4.1 4.1
Consommation totale de diesel L 410 410
Émissions de CO2 par kilomètre g/km 109 109

En raison du déménagement d’Ina Invest durant l’été 2021 et des mesures de télétravail mises en place face à la pandémie de Covid-19, les données sur la consommation électrique de 2021 ne sont qu’une extrapolation. Les consommations énergétiques pour la production de chaleur seront intégrées ultérieurement. De façon générale, les valeurs de 2021 ne sont pas pertinentes sur le plan statistique.

50%

du portefeuille de développement en construction bois et hybride avec bois

Nos objectifs :

Nous misons sur des systèmes et des matériaux de construction qui génèrent une faible part d’énergie grise et de polluants. Nous avons pour objectif la valeur limite pour le domaine construction définie par la voie SIA vers l’efficacité énergétique au niveau des projets.
Dans l’acquisition, la planification et le développement, nous misons entièrement sur la dissociabilité des matériaux, la flexibilité d’utilisation et la durée de vie.

10.4 kg

les émissions moyennes de gaz à effet de serre dans la construction s’élèvent à

9,5 kgCO2/m²a (prévision)

GRI 301, 306

Le terme « énergie grise » fait référence à l’énergie primaire non renouvelable mobilisée pour fabriquer un produit, qu’il s’agisse d’un matériau de construction, d’un composant ou d’un bâtiment entier. En font partie toutes les étapes de l’exploitation des matières premières, la fabrication et la transformation ainsi que les outils et les transports nécessaires à cette fin. La consommation de cette énergie primaire engendre elle-même des émissions de CO2. (émissions grises)

L’énergie grise joue un rôle clé dans les considérations sur la durabilité. Pour les bâtiments neufs, ses valeurs dépassent nettement celles de l’énergie d’exploitation mesurées sur toute la phase de vie. Par une conception et une mise en œuvre ciblées du bâtiment, il est possible de réduire de 30% l’énergie grise injectée dans un bâtiment. Dans de nombreux cas, il en résulte aussi une baisse des coûts de construction.

Ina Invest veille tout particulièrement à utiliser les leviers disponibles. Cela commence dès la planification stratégique, un bâtiment compact disposant d’une enveloppe extérieure de faible surface étant en général plus efficace en termes de matières consommées. La taille des fondations, des blindages de fouilles et des constructions en sous-sol a aussi une influence. Le choix de la méthode de construction (construction massive ou légère), l’agencement du système porteur ou l’étendue et le type de technique du bâtiment influencent eux aussi l’énergie grise.

Nous nous fixons donc comme objectif d’utiliser pour chaque projet des cubages, des constructions et des matériaux de construction qui génèrent une faible part d’énergie grise et d’émissions grises. Nous avons pour objectif la valeur cible pour le domaine de la construction définie par la voie SIA vers l’efficacité énergétique au niveau des projets. Nous attendons de nos partenaires d’exécution qu’ils donnent la priorité aux critères achat régional (trajets de livraison courts), part recyclable et matériaux renouvelables dans le choix des matériaux, et qu’ils puissent le justifier.

Les valeurs prévues pour la part d’énergie grise dans nos projets figurent dans le chapitre Analyse du portefeuille Développement durable.

 

GRI 301

Pour pouvoir offrir aux utilisateurs de nos bâtiments un environnement privé et professionnel sain et entièrement respectueux de l’environnement, nous attachons une grande importance au choix des matériaux et des produits de construction. Nous n’employons ainsi que des produits à faible teneur en VOC et en formaldéhydes, conformément aux consignes de Minergie-ECO.

Pour que ce principe soit également pris en compte lors du développement et de la réalisation, le document «Vorgaben an das Gebäudekonzept und Materialisierung» (Concept de bâtiment et matérialisation ciblés) (voir le site web d’Ina Invest) est un document contractuel de référence pour mandater nos partenaires. Nos partenaires doivent garantir la mise en œuvre de mécanismes de contrôle lors de la commande et sur le chantier. Des mesures de la qualité de l’air effectuées lors de la réception du bâtiment permettront de vérifier la bonne exécution des travaux.

GRI 303, 306

La Suisse ne manque pas d’eau potable. Il est néanmoins important d’utiliser cette ressource avec parcimonie sur le long terme, y compris pour réduire la consommation énergétique nécessaire au traitement des eaux usées et au chauffage de l’eau chaude. De par la loi, tout bâtiment en Suisse doit être raccordé au réseau public de distribution d’eau, ce qui empêche dans une large mesure la pollution des sols et des eaux souterraines par les eaux usées.

Consommation d’eau de notre portefeuille
Pour réduire la consommation d’eau des utilisateurs, nous misons autant que possible sur deux leviers : l’utilisation d’eau de pluie pour alimenter les chasses d’eau et l’optimisation du débit des distributeurs d’eau grâce à des installations sanitaires efficaces et innovantes. Les locataires sont informés de leur consommation d’eau effective via une surveillance en temps réel dans une optique de sensibilisation.

Comme tous les projets de l’exercice sous revue sont encore en phase de développement ou de réalisation, nous ne publierons les données de consommation effectives des différents immeubles que dans notre rapport de développement durable pour la période 2023.

GRI 306

Avec 716 kg de déchets par personne, la production de déchets municipaux de la Suisse est l’une des plus élevées au monde. Dans le même temps, la Suisse affiche de très bons scores en comparaison européenne dans le domaine de la valorisation des matériaux, puisqu’elle recycle un peu plus de 50% des déchets municipaux. Les 50% restants sont valorisés thermiquement dans des usines d’incinération des ordures ménagères.

Pour réduire le volume des déchets et augmenter le taux de recyclage dans nos immeubles, Ina Invest mettra à disposition un système de tri des déchets pour les ordures, le PET, le carton et les déchets verts. La collecte séparée du plastique sera mise en place si le site et les prestataires locaux le permettent. Les quantités de déchets seront mesurées et publiées dans ce rapport au moment de la mise en service du premier immeuble.

La moitié environ des déchets produits dans toute l’Europe est imputable à l’industrie de la construction. Ina Invest dispose ici d’un levier indirect supplémentaire. Nous exigeons de nos partenaires intervenant dans la phase de réalisation la mise en place d’un système de bennes multiples pour trier les déchets de chantier par type, dans le but d’atteindre des taux de recyclage d’au moins 85%.

 

Notre objectif :

Nous exigeons de nos partenaires le développement et la mise en place d’un concept environnemental permettant de réduire à un minimum les émissions au sein de la chaîne d’approvisionnement et sur les chantiers.

GRI 307

Ina Invest entend par protection de l’environnement la préservation et la protection de notre base d’existence naturelle. L’utilisation mesurée et efficace des ressources naturelles sont au premier plan pour limiter et réduire les impacts sur l’environnement.

La majeure partie des émissions polluantes sous forme de pollution de l’air, de l’eau et des sols, de bruit, de vibrations et de déchets est normalement produite durant la phase de réalisation et de déconstruction. Il s’agit donc d’identifier les répercussions possibles sur l’environnement avant même le début des travaux et de les intégrer dans un concept environnemental avec les mesures de planification et de réalisation correspondantes. Une fois les travaux commencés, il faut intégrer ledit concept aux différents processus, appliquer les mesures de façon correcte et ciblée, vérifier leur efficacité et documenter le tout dans un rapport sur l’environnement. L’identification des répercussions sur l’environnement spécifiques au projet est de la responsabilité de l’entreprise partenaire mandatée et des chefs de projet en charge du projet. Nous demandons les concepts et les rapports sur l’environnement à l’entreprise partenaire respective avant le début des travaux, mais aussi pendant et après. Les incidents environnementaux sont consignés dans un rapport.

GRI 304

La biodiversité avec ses divers habitats, espèces et gènes est peut-être le bien le plus précieux de la nature. C’est le pilier du fonctionnement des écosystèmes et du maintien des chaînes alimentaires. Dans une Suisse comptant 10 millions d’habitants, la protection de la biodiversité et la préservation des habitats naturels revêtent une importance déterminante.

Notre stratégie d’implantation mise donc exclusivement sur des régions urbaines et une sélection d’agglomérations. Aucun de nos projets actuels ne jouxte une zone protégée ni ne menace des espèces protégées. Ce critère sera aussi vérifié et pris en compte lors de l’acquisition de futurs projets. Nous misons également sur une construction compacte et sur la densification. Pour les travaux de restauration, d’aménagement extérieur, de végétalisation de toitures et de façades, nous misons sur les espèces végétales locales et sur la diversité et créons ainsi de nouvea

nach oben
Accepter

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Vous trouverez davantage d’informations concernant l’utilisation des cookies, leur utilité et la modification des paramètres relatifs aux cookies dans la politique concernant les cookies en cliquant sur le lien suivant. En utilisant le site web ou en cliquant sur le bouton ci-dessous, vous déclarez accepter la politique concernant les cookies ainsi que la directive relative à la protection des données.